Consommation : Think Different ?

« Steve Jobs qui assurait le lancement a aussi insisté sur l’éco-conception de l’iPad. De nombreuses substances chimiques toxiques – arsenic, BFR, mercure, PVC – n’ont pas été utilisées. La machine consommerait peu d’énergie grâce à son écran OLED et elle serait hautement recyclable grâce à sa coque en alu (unibody) et son écran en verre.

Cependant, comme pour l’iPhone et certains modèles de Macbook, Apple oublie de préciser que pour atteindre une finesse de 1,3 cms d’épaisseur, la tablette utilise une batterie… soudée. Oui, vous lisez bien : soudée. Lorsque la batterie sera morte, vous pourrez donc jeter votre tablette. En, matière d’éco-conception, on a déjà vu mieux… mais pas tellement pire. »

Think Different ?

Tel est l’article intitulé « Apple se moque de nous » paru sur GreenIt et rédigé par Frédéric Bordage. Un article qui donne à réfléchir sur bien des aspects. Je n’ai pas d’intérêt particulier pour l’Ipad. Il sera seulement mon port d’attache à une réflexion au long-cours.

« Apple se moque de vous »

Se ballader avec cette appareil serait vu comment en 2010?

Pas plus que n’importe quel fabriquant d’électronique aurais-je tendance à penser. Notre système est tel que le profit est lié à la production. Production de biens, de services et d’informations, quelle qu’en soit la qualité où la pertinence d’ailleurs. Or produire c’est polluer. Maintenant quelle production est indispensable, c’est une autre question qui se pose mais qui est rarement posée. Bref, Apple doit faire du chiffre d’affaire d’une manière ou d’une autre : vente de ses terminaux, vente de services associés. C’est de ces ventes que cette entreprise automaintient son activité et assure son développement.

Ecolo/pas Ecolo

La question d’éco-conception ne doit pas faire oublier l’impact environnementale globale du produit, que ce soit à travers sa fabrication ou son fonctionnement. Dans tous les cas, l’engagement environnementale d’un constructeur doit être de garantir un fonctionnement « propre » de son produit le plus longtemps possible.

L’utilisation de tablette tactile va t’elle permettre de réduire la consommation de papier ? Rien n’est impossible, l’avènement du mp3 n’a t’il pas conduit à l’obsolescence des supports matériels? Seule une analyse des cycles de vie approfondie peut nous apporter des réponses intéressantes notamment en terme de bilan carbone.

Or l’Ipad est à peine sorti que certains voient dans la batterie non-amovible un rempart à une utilisation au long cours. Plutôt que de spéculer quant à savoir si l’Ipad est apte à être un produit écologique, ne serait-il pas intéressant de compter le nombre d’Ipod première génération sortie en 2001 encore utilisé aujourd’hui?

Un article de la Croix s'intitule IPad, iPhone, iPod : des objets nommés désir.

Quand le marketing porte ses fruits

Une assertion telle que  “Apple se moque de vous”  pose cependant une autre question : Est ce qu’au fond, nous ne nous moquons pas de nous même? Tous les ans continueront à sortir de nouveaux modèles, toujours un peu plus performant (juste ce qu’il faut). Le culte de la consommation est tel que sur Youtube, des rubriques appelées « unboxing » ont fait leur apparition depuis quelques années : sortir un produit tout neuf de sa boîte toute neuve est un évènement à immortaliser. Parallèlement, on retrouve des emballages vides dans les poubelles au sortir des Fnac. Plus que jamais consommer est devenu synonyme de plaisir instantané : on n’achète plus, on s’offre.

Les journalistes, caisses de résonnances du monde, cèdent à la tentation devant la pomme et s’excitent une semaine avant la sortie de l’Ipad : « Sept jours au cours desquels ils auraient dû cesser de se comporter comme des gamins qui n’arrivent pas à se concentrer sur leur cours de maths parce qu’ils savent que les vacances de Noël commencent dans une semaine. » (Washington Post)

Ici la vidéo de publicité de l’Ipad, là encore je ne souhaite pas faire de la publicité pour le produit et cela m’indiffère qu’il soit bon ou mauvais. Je reste cependant scotché par des phrases comme « Quand un phénomène dépasse à ce point notre entendement, il devient magique. Et c’est exactement ce qu’est l’iPad. » Ça et la manière dont, toute pupille dillatée, les concepteurs font l’éloge du produit avec un air dont on pourrait croire qu’ils viennent de voir Dieu en personne.

Sex Apple : la partie émergée de l’iceberg

Les lignes du métro parisien sont de « magnifiques » gradients quand il s’agit de classe sociale, cependant le téléphone portable n’en est pas un bon indicateur. Il est quasiment socialement primordiale d’avoir un téléphone dernier cri. En fonction de ce qui sort de nos poches, on est le roi du monde ou personne. Nos enfants grandissent dans ces atmosphères, cela commence dans les cours d’école.

Relation durable?

Pendant ce temps, le Worldwatch Institute dresse un sombre tableau pour l’avenir dans son rapport annuel intitulé “L’état du monde en 2010”.

« Le document, qui a été analysé par The Daily Telegraph, souligne que les efforts qui pourraient être faits par les différents gouvernements dans la lutte contre le changement climatique pourraient tout simplement être réduits à néant par le comportement des consommateurs – c’est-à-dire par la surconsommation, qui constitue le moteur de la croissance des sociétés industrialisées. »

Think Different…

Le but d’une entreprise est de faire briller nos yeux devant chacun de ses produits. C’est comme ça que se mesure son succès. Mais les yeux qui brillent sont-ils ceux qui voient le mieux? L’amour est aveugle et la passion n’est peut être pas le trait d’union des relations durables. Dans tous les cas, il en revient au consommateur de faire en sorte qu’un produit soit écolo ou pas. Est ce qu’il n’est pas là, finalement, le changement de mentalité à adopter?

Philippe F. NAI

Laisser un commentaire

*