Chapitre 10 : Main dans la main

Main dans la main

Une chose qui me semble incroyable ici est la discussion, car les échanges d’opinions mènent quelque part. Les Africains vivent proche de la terre et de leurs terres, en particulier les casamançais. La dureté de la vie les oblige à être pragmatique et les dote d’un bon sens inné.

Hier nous avons suivi Maxime et Abdou Karim de l’équipe de pilotage d’Océanium sur le terrain. L’objectif? Résoudre des petits conflits inter-villages qui bloquent le reboisement. Une pirogue mise a disposition de plusieurs villages n’est toujours pas utilisée car aucun terrain d’entente n’a été trouvé pour la partager.

Résolution d'un conflit à Kafountine

A ce conflit s’est ajouté un autre problème. Un nombre important de sacs de propagules dits plantés ne l’étaient pas. En pleine campagne de reboisement, impossible d’écarter les maillons chancelants, il faut faire avec. Les leaders ne s’inventent pas.

Maxime et Abdou Karim ont parlé longuement aux villageois pour tenter de désamorcer le conflit. Les nerfs lâchaient et la tension était explosive entre les deux partis. Mais en pleine dispute, le rire n’est jamais loin, une des femmes a détendu les deux partis par sa bonne humeur et Maxime a su rester calme et se faire entendre.

L’égo entre souvent en jeu dans les disputes. Les débats politiques à la télévision ou les dispute de la vie quotidienne en sont une belle preuve. Chacun veut avoir raison, ne pas perdre la face. La fierté se greffe irrémédiablement à la dispute. Au final, cette fierté l’emporte sur la raison.

Hier pourtant, nous avons assisté à l’effet inverse. Les villageois ont écouté Maxime qui très posément a su montré son angle de vue aux villageois pour trouver un terrain d’entente. Chaque parti était prête à travailler avec l’autre. L’intérêt commun a devancé les problèmes personnels. Au final, la dispute s’est terminé en musique quand Abdou Karim a entamé sa chanson sur la Casamance: « Kaniene Di Kaniene ». Tout le monde a commencé à chanter et à danser, main dans la main.

Capter le son de la pluie

Robert NAI, Adama

Une réponse à to “Chapitre 10 : Main dans la main”

Laisser un commentaire

*