Le manifestant, «personnalité de l’année» selon le magazine Time

Article publié le : mercredi 14 décembre 2011

20111215-113942.jpg
De Benghazi à Athènes, en passant par Wall Street et Moscou, le magazine honore les acteurs des révoltes de l’année 2011.
Sur fond rougeâtre, le manifestant s’affiche en couverture du Time. Pour la rédaction de l’hebdomadaire américain, ce mercredi 14 décembre, « il » est la personne qui a marqué l’année 2011. Une récompense collective pour les acteurs des révoltes qui ont chamboulé les équilibres géopolitiques et donné un nouveau souffle à la démocratie dans le monde.

Il fut de tous les combats. Mettant sa vie professionelle et familiale entre parenthèses. Bien souvent même en danger. Il fut de ceux qui renversèrent Ben Ali en Tunisie, conspuèrent Moubarak place Tahrir, de ceux qui prirent les armes pour la première fois à Benghazi, dans l’est de la Libye. Il occupa Wall Street pour y dénoncer les abus du secteur financier, tempêta contre le gouvernement grec qui lui imposait l’austérité, ou brandissait les bulletins falsifiés dans un bureau de vote moscovite à la face des caméras occidentales, il y a encore quelques jours.

C’est parce que ce Monsieur Tout-le-Monde n’a pas souvent la faveur des médias, qui n’ont d’yeux que pour quelques hérauts, que le magazine Time a décidé de le mettre à l’honneur cette année. Tous ces manifestants « ont déjà changé l’Histoire » pour son directeur de la rédaction, Rick Stengel. Sur la chaîne américaine MSNBC, le patron du magazine a justifié le choix de ses troupes : « Partout les gens ont dit qu’ils en avaient assez, ils ont contesté, ils ont exigé. Ils n’ont pas désespéré, même quand les réponses sont arrivées sous formes de gaz lacrymogènes ou de balles ». L’hebdomadaire consacre son édition de fin d’année à tous ces mouvements populaires qui ont renversé – sinon fait vaciller – l’ordre établi, en publiant une série de clichés du photographe Peter Hapak, ainsi qu’une galerie de portraits de quelques figures méconnues de ces révolutions.

Source RFI, Par Marc Etcheverry

Laisser un commentaire

*