Archive pour la catégorie ‘Message’

Une première oeuvre – Myriades

En 2016, on m’a proposé de réaliser une oeuvre pour l’anniversaire de la maison des étudiants du Canada pour une exposition avec d’autres artistes. Le thème : « D’une terre à l’autre » m’a inspiré car j’avais des choses à dire. J’ai collaboré avec Antoine Bechara, un artiste plasticien aguéri et de nos dialogues en est sorti ce tableau magnétique intitulé « Myriades ». Ci dessous l’explication de notre démarche.

Nous vivons une période trouble où au quotidien et de manière ordinaire, il n’y a de cesse d’opposer les hommes et les femmes, les riches et les pauvres, les « jeunes » et les « vieux ». De les opposer facilement selon leur couleur de peau, leur religion, leur préférences, leur idées. Cela me blesse, cette opposition simpliste qui « court-circuite » le dialogue.

Alors que la diversité des destins, les drames qui bouleversent et créent la richesse humaine, la synergie universelle des cultures, je les vis tous les jours : c’est ce Cœur qui bat, en moi.

MYRIADES est la vision d’une terre promise, une nation de talents où chacun peut s’épanouir et nourrir l’édifice commun de sa générosité, de sa croyance absolue envers le bien être collectif et en fin de compte de ses rêves. C’est un Canada transcendé que l’on espère pour soi et encore plus pour ses enfants.

Cette pièce c’est l’envie de vivre ce rêve.

On pourrait alors croire que cet objet d’art, hymne à la diversité convergente, est consensuelle. Il n’en est rien, c’est une oeuvre de combat pacifiste : ardente par ses couleurs, fière par ses figures et franche par son regard. La diversité des tailles illustre le non calibrage et la liberté. La mobilité des différentes pièces exprime le caractère inachevé et fragile de ce combat continu. Elles sont aussi interchangeables car les grandes personnalités canadiennes :

Michael J Fox, acteur
James Cameron, réalisateur
Graham Bell, inventeur
David Suzuki, généticien écologiste Nellie McClung, féministe
Tommy Douglas, fondateur du système de santé canadien
Pierre Trudeau, 15e Premier ministre du Canada
Neil Young, artiste
Shania Twain, artiste<
Lester B. Pearson, prix Nobel de la Paix
Sir Frederick Banting, prix Nobel de physiologie

ne valent pas plus que les nombreux anonymes dont ils sont au départ issus. Autant en emporte le vent, tous comme des feuilles d’érable, ils constellent une bannière vivante de destins fantastiques.

PF NAI

Bonne année !

Bonjour à toutes et à tous,

Quand on regarde l’année passée, on est tenté de tourner la page. D’oublier les crises financières, les crises morales et les catastrophes écologiques dont on a parfois peine à se dire qu’elles sont réelles tant elles sont horribles et lourdes de conséquences. On pourrait retenir ces révolutions, promesse d’un élan de liberté, mais quelque part, l’expérience nous dit que rien n’est encore joué. Alors que penser? Devons nous fuir, impuissants et spectateurs, vers l’année 2012 en espérant qu’elle soit un peu meilleure?

Je me rappelle d’une prof que j’ai eu, une de ces personnes qui vous change une vie. Elle me disait que ce n’était pas parce qu’on faisait une rature qu’il fallait tourner la page. J’ai souvent réfléchi à cette idée et petit à petit j’ai commencé comprendre ce qu’elle voulait me dire. Chaque erreur est un essai à transformer ; chaque erreur, une opportunité de transformer un épisode malheureux en expérience comme une promesse de jours plus heureux. Et si une cicatrice est douloureuse, elle est aussi un rappel pour ne pas se blesser une nouvelle fois. Je crois que si j’aime tellement le projet Porteurs de Lanternes, c’est que sa liberté, nous permet chaque jour de nous tromper, de me dire « je ne sais pas » et d’avancer un peu moins ignorant. Une erreur est une medecine amère mais le patient en a parfois besoin.

Mauvais travail, mauvaise stratégie, mauvais partenaire, mauvaise orientation, mauvaises décisions, mauvaise attitude, mauvais voeux de nouvelle année etc… Ce ne sont pas les occasions qui manquent et c’est une BONNE nouvelle : les erreurs on peut en faire partout et à n’importe quel âge, ce qui veut dire aussi qu’on peut rebondir à n’importe quel âge. Des erreurs, j’en ai fait des tas mais je me suis toujours souhaité d’en grandir et aujourd’hui, pour le début de cette année 2012 je vous le souhaite à vous chers Porteurs de Lanternes.

Certains disent que 2012 sera la fin du monde, je pense plutôt que c’est l’opportunité d’en construire un autre meilleur.
Faisons de 2012, une bonne année.

Philippe