Chapitre 6

Chapitre 6

« Un mois sous les spotlights »


« La spiritualité et le sentiment de relation profonde entre la terre des autochtones et ses habitants nous offrent une réelle occasion de soigner nos maux qui résultent de notre rupture avec la nature. » David Suzuki, Généticien

La terre qui fourni 99% de notre nourriture, la terre qui s’use de part le travail mécanique des sols. Combien de temps mettent nos aliments pour pousser, a t’on réellement besoin d’engrais? Ce sont les réponses que nous comptions trouver en faisant du Wwoof. J’en profite pour corriger ce que j’ai dit dans mon casting : quand je dis on appauvrit les sols car on exporte de la matière organique sans y réincorporer des nutriments c’est sous forme végétale bien entendu (et non d’engrais).

Je repense souvent à mes amis crétois : Manolis et son épouse, Yourgos, Cliff, le sujet de leur combat contre un géant hôtelier, une fois de plus David contre Goliath…

Tiraillé, exposé, je perds mon identité, ma distance, mes écrits sont de plus en plus emprunt de mièvrerie. Bientôt, un mois sur les rails d’Europe. Au départ, tout était simple, partir en Europe faire des reportages « écolo ». Au final, les obligations télévisuelles me pèsent. Suis-je à ma place?

Pas le temps de se poser de question de toute façon. On reçoit le reportage de l’équipe jaune : sur la voiture à air comprimé. Chaque jour, en rentrant chez moi, je passe par cette petite bretelle d’autoroute, il doit y passer peut être 50 voitures à la minute, une personne par voiture. Les gens doivent travailler, se transporter, être autonome. Je me prends souvent à penser que si, tous les chinois et tous les indiens voulaient vivre de la même façon, ce qui est légitime, on ne s’en sortirait pas sans solution adéquate.

*

*

=> Chapitre 7