Chapitre 7

Chapitre 7

« Why so serious? »


« La vie est plus belle que la prudence » L’Abbé Pierre

Le développement durable est lui même une prise de risque, un pari sur l’avenir mais il semble qu’aujourd’hui défis, risques et imprévus ont une connotation péjorative. Or savoir les gérer, c’est ce qu’il fait qu’on est humain.

Quand j’étais petit… J’adorais les avions, je passais mon temps à la bibliothèque municipale plongé dans des bouquins d’astronomie, d’aviation. J’adorais faire des avions en papier, j’en faisais tout le temps ; un avion vite plié, je le lancais et il volait joliment. Puis un jour je me suis dit que j’allais faire le meilleur des avions en papier : je l’ai plié soigneusement, au millimètre près, un chef d’oeuvre de symétrie, plié à la règle. Et quand je l’ai lancé il ne volait pas.

Une anecdote tiré d’un livre de François Bon : tout le monde connaît le discours de Martin Luther King, « I have a dream… » Mais combien savent qu’il n’était pas prévu? 28 aout 1963, place du Capitol à Washington DC, devant 200000 personnes d’une foule en attente d’un message, le docteur King s’apprête à lire son discours bien rédigé, puis Mahalia Jackson, la reine du gospel, qui chantait juste avant, l’arrête : « Martin, pourquoi ne leur racontes tu pas le rêve que tu m’as dit tout à l’heure? ». Le pasteur suspend son discours, la regarde, regarde cette mer d’espoir devant lui. Il aurait pu continuer comme prévu, mais là une force le guide et renonce au texte prévu: « I HAVE A DREAM… I have a dream the other night… » La suite, tout le monde la connait.

Ce voyage est très différent de ce que j’ai imaginé. Pour moi voyager c’était galérer, me perdre, faire des rencontres impromptus. C’est comme ça que se grave les meilleurs souvenirs, à l’encre de ce qui fait qu’on est pas des GPS mais des êtres vulnérables et faillibles. Sinon c’est du transit, du voyage professionnel car aucune aventure ne s’écrit à l’avance.

Sans ça autant nous faire évoluer dans un studio à Paris ; sur fond vert.

*

*

=> Chapitre 8